de l'autre coté

Publié le par automne81

 

http://us.123rf.com/400wm/400/400/kimmit/kimmit1202/kimmit120200005/12252958-ouverture-de-porte-arquee-sur-le-chemin-borde-d-39-arbres-de-printemps.jpg

 

 

L’Amour, quel qu’ il soit ne disparaît jamais.

La mort n’est rien.

Je suis seulement passé dans la pièce d’à côté

Je suis moi, tu es toi.

Ce que nous étions l’un pour l’autre

Nous le sommes toujours

Donne-moi le nom que tu m’as toujours donné

Parles-moi comme tu l’as toujours fait

N’emploie pas un ton différent

Ne prends pas un ton solennel où triste

Continu de rire de ce qui nous faisait rire ensemble

Souris, pense à moi, chante pour moi.

Prononce mon nom

Comme il l’a toujours été,

Sans emphase d’aucune sorte

Sans une trace d’ombre

La vie signifie tout ce qu’elle a toujours signifié

Elle est ce qu’elle a toujours été

Le fil n’est pas coupé

Pourquoi serais-je hors de ta pensée

Simplement parce que je suis hors de ta vue ?

Je suis là, je ne suis pas loin,

Juste de l’autre côté du chemin .....

Tu vois tout est bien.. ...

 

henri scott 

Commenter cet article

râleuse ex02468 20/05/2013 22:27


c'est ce beau texte qui a été lu a l'incinération de mon neveu louis mort a 25 ans .....

bertrand 20/05/2013 17:04


un très beau texte et que je partage

LUZIFER 20/05/2013 14:16


Nos chers disparus continuent de vivre dans notre souvenir bien à l'abri des vississitudes de la vie...Bonne soirée Evelyne !

chatou11 19/05/2013 18:54


Quell joli poème mon Evelyne..


Oui j'ai été longtemps absente du net, j'ai été hospitalisée pour des problèmes d'estomac, plus rien ne passait.. mais j'ai eu du mal à me remettre de l'anesthésie et de la douleur. Je récupère
doucement maintenant


je t'envoie mille bisous


chatou

linou722 19/05/2013 00:21


Bonjour Evelyne.


Je te remercie pour ton passage sur mon blog et pour le message que tu y as
laissé.


J'ai aussi fait une très longue pose, pendant laquelle je suis passé de nombreuse fois sur
ton blog. Quand j'y ais lut que tu avais perdu ton papa, je n'ai pas osé y laissé de commentaire.


J'aime beaucoup ton émouvant poème 'De l'autre coté" auquel je voudrais croire de toute
mon âme.


 


Maintenant que ta douleur commence un petit peu à s'atténuer voilà ce que je peu en dire,
pour être passé par cette situation douloureuse.


J'estime, que seulement les personnes très proches peuvent essayer d'atténuer cette
douleur profonde. Tiré de mon expérience personnelle, je pense que malgré leurs bonnes volontés, les autres ne peuvent nous parler que de leur propre expérience, et tracer la route qu'ils ont
suivis pour allez vers un mieux être. Peu être pouvons nous y trouvez aussi un réconfort.


 


Arrivé à un certain âge mon papa avait tendance à se dévaloriser. Je lui disais, nous tes
enfants nous te suivons, tu nous ouvre la route et nous guide vers l'avenir. Quand il est partie il a laissé dans nos vies un grand vide, et nous avons aussi perdu notre
guide.


 


Comme tu nous l'écrits, le début d'un remède au chagrin, ce sont les souvenirs des bon
moments que nous avons partagés ensemble, et s'il y en a de moins bon, d'essayez de ne plus y penser. Dans une chanson de Jacques Brel le texte sa chanson, "On n'oublie rien" confirme ce que tu
nous confis, et que je partage avec toi :


On n'oublie rien de rien.
On n'oublie rien du tout.
On n'oublie rien de rien.
On s'habitue c'est tout.


 


Je te souhaite une bonne continuation.


 


Bises, linou.